Une belle rose dans la pierre

Chers sœurs et frères,

Dans une semaine ce sera le triste anniversaire de l’attaque brutale de la Russie contre l’Ukraine. Nous sommes très préoccupés de l’évolution de la situation et nous nous demandons peut-être ce que nous, petites gens, pouvons encore faire pour la paix ? Ce faisant, nous nous heurtons souvent à un mur dans notre quête ! Un texte de Dorothée Sölle, m’a donné de l’espoir que j’aimerais à présent partager avec vous. La théologienne allemande se souvient : Un jour où j’étais très déprimée, un ami pacifiste hollandais m’a dit quelque chose de très beau : Les gens du Moyen Âge qui ont construit les cathédrales ne les ont jamais vues terminées. Elles ont été construites pendant deux cents ans ou plus. Un tailleur de pierre a fait une belle rosace, il n’a jamais vu qu’elle, c’était l’œuvre de sa vie. Il n’a cependant jamais pu entrer dans la cathédrale achevée. Mais un jour, elle était là ! C’est un peu comme cela que vous devez imaginer la paix. (Sölle, Gegenwind, p. 228).

Comme aucune cathédrale ne tombe du ciel ou aucune rose de pierre ne naît d’une formule magique, la paix, elle non plus ne tombe de quelque part ! La construction d’une cathédrale requiert différentes compétences et les aptitudes d’innombrables personnes. Il faut une bonne dose de patience et de confiance en l’homme, mais surtout une foi, un amour plus grand que nous, et que chacune et chacun doit incarner. Beaucoup périssent ou sont morts en construisant, il en va finalement de même pour la paix ! La paix a besoin de beaucoup de personnes qui s’engagent de différentes manières, à petite ou à grande échelle : culturellement, économiquement, socialement, avec le sourire ! La paix doit être préservée et entretenue chaque jour comme une rosace de cathédrale.

Nous ne sommes pas naïfs et nous n’occultons pas le triste constat qu’il suffit d’une seule bombe pour réduire en cendres une cathédrale et le travail séculaire qu’elle a nécessité. Malgré tout, elle sera toujours reconstruite. De nombreux exemples en Europe de l’Est et de l’Ouest en témoignent. Alors, tout comme Dieu a béni les mains des bâtisseurs, il bénit également nos mains lorsque nous nous engageons pour la paix. Mais c’est à nous de bâtir et de rebâtir…

 

Votre vicaire Grzegorz Jerzy Józef Kujawa

Partagez cet édito

Édito

Peut-être avez-vous remarqué cette semaine des enfants déguisés… Le carnaval ? Cela fait bien longtemps que vous ne le fêtez plus, si tant est que ce fut le cas un jour. Peut-être avez-vous aussi remarqué ces beignets gras et sucrés dans votre boulangerie préférée, mais vous avez comme moi passé votre tour, plus par égard pour votre ligne que par conviction religieuse.

C’est que Mercredi, dans le vacarme du monde et de nos vies agitées, nous sommes entrés dans ce temps du Carême qui ne nous dit à vrai dire plus grand-chose et dont seuls deux ou trois détails témoignent encore dans notre paysage.

« Alors Jésus fut emmené par l’Esprit au désert, pour être mis à l’épreuve par le diable. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim » peut-on lire dans l’Évangile de Matthieu au chapitre 4. Alors que la montée vers Pâques s’ouvre devant nous et qu’il nous revient de l’habiter librement pour lui donner du sens, le Christ nous apprend que l’être humain ne vit pas de pain seulement mais d’une parole de vie. A nous de la lire, et de l’entendre, de nous en nourrir au quotidien pour ne pas sombrer dans la tentation du nihilisme.

Le Christ nous redit également de manière ultime que l’être humain ne trouve pas le bonheur en s’adorant lui-même et en s’instaurant comme idole de ses propres actions de grâces, mais que c’est bien Dieu l’horizon de sa vie et de sa route.

En protestantisme, pour des raisons historiques et théologiques, ce chemin vers Pâques n’obéit à aucune obligation religieuse, aucune injonction morale, ni aucun interdit alimentaire, mais bien plutôt au désir sincère d’éprouver une faim que l’on sait pouvoir être rassasiée par la présence du Christ.

Puissiez-vous trouver pour vous-mêmes et en famille, dans les habitudes mais aussi dans la spontanéité, les gestes, les mots, les lectures et les prières qui feront de ce temps particulier un lieu pleinement habité.

Pasteur Fabian Clavairoly

 

A noter

  • Dimanche 18 à 10h30 : Culte
  • Samedi 24 au samedi 2 mars : Camp ski pour les 10-15 ans

 

Welcome

Le Bouclier wishes to be, above all, a lively Reformed parish. As heir to the first Reformed community founded by Jean Calvin, « Le Bouclier » (The Shield, named after the name of the street) is made up of 1,200 members and accompanied by two pastors.

« Le Bouclier » seeks to offer sharing and communion in an open-minded way so that parishioners and their friends may live through their spiritual questions together in the light of the Gospel. Today, all age groups are equally represented with, as a consequence, very active young people.

We offer a church service every Sunday which is sometimes followed by lunch. There are activities for all ranging from a group of young parents, a choir, « les doigts agiles » (nimble fingers), « les causeries du jeudi » (Thursday afternoon chats), evening meals, Bible studies, adult catechism and long walks which take place at different periods of the year.

Willkommen

Herzlich willkommen. Die evangelische reformierte Gemeinde « Le Bouclier » ist die Erbin der ersten Gemeinde, die in Strasbourg von Jean Calvin gegründet wurde.

Alle Altersgruppen haben ihren Platz und ein Schwerpunkt liegt auf der Jugendarbeit: vom Krabbelgottesdienst, über den Kindergottesdienst und Konfirmandenunterricht, bis zur Jugendarbeit, mehreren Freizeiten, und internationalen Workcamps. Andere Aktivitäten der Gemeinde sind der Chor, der Gospelchor, der Frauen-Handarbeitskreis, das Treffen der Senioren, die « Essen zu Hause mit je 8 Personen », die Wandergruppe, Bibelkreise, Erwachsenenkatechismus…

Die musikalischen Aktivitäten, herkommend von der reformierten Psalmtradition, und heute mit den Chören, der neuen « von JS Bach erträumten » Orgel, und vielen Konzerten, Kantatengottesdiensten, ist ein anderer Schwerpunkt der Kirchengemeinde.

Nach dem Sonntagsgottesdienst (um 10h30) findet einmal im Monat ein gemeinsames Essen statt.

Die Gemeinde besteht heute aus 1200 Gemeindemitgliedern mit zwei Pfarrstellen . »Le Bouclier » bietet den Gemeindemitgliedern und ihren Freunden einen Ort, an dem sie sich begegnen können und an dem sie ihre Fragen und Beschäftigungen hinsichtlicht ihres Glaubens teilen und leben können.