La tête froide et le souffle long

Chères sœurs et frères,

L’année liturgique touche à sa fin. Rétrospectivement, il est clair que nous avons appris à craindre et à maudire cette année. Une année au cours de laquelle nous avons dû et devons toujours nous nourrir d’informations terrifiantes. A cela se sont ajoutées les nombreuses théories du complot et les machines de propagande des populistes qui ont semé la confusion. Il n’est plus aussi facile de trouver le bien et d’éviter le mal, d’appeler la lumière et les ténèbres par leur nom. Nous chancelons et cherchons plus que jamais à nous orienter.

Le christianisme méconnu a-t-il quelque chose à offrir ? Et comment !

Le Joseph de l’histoire de Noël est également saisi de peur et – je suppose – de malédictions. Au moment des fiançailles, il apprend que Marie, sa fiancée, est tombée enceinte. Joseph « songea à la quitter en secret » parce qu’il « ne voulait pas la déshonorer », dit le texte (Mt 1,19). S’il l’avait renvoyée, c’est-à-dire s’il lui avait délivré une lettre de divorce, elle aurait été exclue à vie de la communauté. Et s’il avait dénoncé Marie comme adultère, elle aurait été menacée de lapidation. Si le cas avait été qualifié de viol – ce que de nombreux biblistes, surtout protestants, supposent –, l’homme, le coupable, aurait été condamné à la peine de mort. Et nous connaissons nous-mêmes des décisions compliquées qui nous donnent envie de nous enfuir.

Joseph est d’abord désorienté, puis il fait quelque chose d’important. Le texte dit : « Quand il pensait encore ainsi… ». Il prend d’abord le temps de respirer et de se poser.

Il semble que pour trouver une réponse décisive, et même pour trouver Dieu, nous, les humains, devons d’abord reprendre notre souffle, faire silence, nous replier sur nous-mêmes. Joseph a alors une vision. Un ange lui apparaît. Aujourd’hui, la science neurologique dirait qu’il fait un rêve lucide. Celui-ci lui dit de ne pas avoir peur et d’accepter Marie comme sa femme. Il ne choisit donc aucune des trois options. On peut faire de nombreuses suppositions sur les raisons qui le poussent à agir ainsi…

Qu’est-ce qui caractérise le message de Joseph ? Pour moi, c’est que dans un moment très concret, un moment qui est littéralement une question de vie ou de mort, il choisit le bien de l’autre, la miséricorde. En prenant cette décision, il prend un risque qu’il ne faut pas sous-estimer. Il prend beaucoup de responsabilités sans savoir s’il pourra les assumer.

Qu’est-ce qui peut bien lui donner la force de le faire ? Peut-être sa confiance dans le fait que Dieu finira par ajouter ce qui manque ; après tout, Joseph יוֹסֵף signifie « que Dieu complète ce qui manque ». Mais peut-être aussi qu’il garde la tête froide, qu’il a le souffle long et qu’il écoute la voix de Dieu dans ses rêves, ce que je vous souhaite et me souhaite en ces temps troublés.

Votre vicaire, Grzegorz Jerzy Józef Kujawa

Les rendez-vous de la semaine

– Samedi 26 novembre à 15h00 : « Algérie et photographie orientaliste, regards sur des regards » parJean-Louis HESS, photographe

Dimanche 27 novembre à 10h30 : Culte avec Sainte-Cène

Dimanche 4 décembre : Veillée de l’Avent avec le chœur du Bouclier, sous la direction de Christian Seckler : Die Kindheit Jesu, Johann Christoph Friedrich Bach, un oratorio rarement donné.

Samedi 10 décembre de 16h30 à 17h30 : Culte des petits

Partagez cet édito

Édito

« Les Églises protestantes et le nazisme »

Dans La demeure du silence publié en octobre 2020, le pasteur Gérard Janus enquête avec pudeur et courage sur le destin de sa propre famille. Originaire du village de Mackwiller en Alsace-Bossue, il met à jour l’histoire de son grand-père qui fut Ortsgruppenleiter (responsable local du parti nazi) puis cible de l’épuration, tentant à travers un exemple personnel de comprendre les secrets de son Église au passé trouble pendant la période nazie.

En mars 2022 paraissait Ces protestants alsaciens qui ont acclamé Hitler, un essai du pasteur Michel Weckel entre enquête et réflexions centré sur l’histoire d’une frange du luthéranisme alsacien compromise avec le nazisme. Si le style plus libre fait bondir certains, quantité d’Alsaciens attendaient depuis longtemps que le sujet soit enfin abordé, telle cette femme qui, à l’issu d’une rencontre à la Médiathèque protestante de Strasbourg, confiait : « Cela faisait 70 ans que j’attendais que cette histoire soit évoquée ».

Chacun à sa manière, ces deux pasteurs ont contribué à rendre possible un débat non seulement en levant un tabou, mais aussi en lançant au passage un défi aux universitaires protestants, les incitant ouvertement à s’emparer pleinement de ce sujet.

Organisé les 16 et 17 novembre 2023 sous l’égide du professeur émérite Marc Lienhard, le colloque « Le protestantisme et les pasteurs alsaciens-mosellans entre 1940 et 1945 », fut une réponse dont la qualité fut reconnue de manière unanime : accessibles en ligne sur la chaine Youtube de l’Uepal, 18 contributions ont traité du sujet, depuis les antécédents (l’entre-deux guerres et les mouvements autonomistes) et les mécanismes psycho-sociologiques (« comment devient-on nazi ? ») jusqu’à l’épuration de l’après-guerre.

Ouvrir les yeux sur le passé pour être plus lucide sur les enjeux d’aujourd’hui, c’est ce que nous vous invitons à faire en venant écouter Marc Lienhard jeudi prochain.

Pasteur Fabian Clavairoly

A noter :

  • Samedi 13 avril : culte randonnée, pour les tout-petits : nous nous retrouverons à 15h00 sur le parking du Auen Wildnispfad. Il y a une possibilité de co-voiturage. Si vous en avez besoin appelez le 06 28 05 59 48
  • Dimanche 14 avril : Culte à 10h30 avec la participation musicale d’Aimée Hege et d’Antoine Mézy, clarinettistes. Rencontre Dimanche en Fête : rdv à 10h00 place de l’Université si vous avez besoin d’une voiture (merci de vous annoncer). Si vous y allez directement rdv à 10h30 à Dorlisheim au bout de la rue de l’Altenberg après le pont de la voie rapide.

 

  • Jeudi 18 avril à 15h00 : Causerie du Jeudi, « Les Églises protestantes et le nazisme », par Marc Lienhard Professeur émérite d’Histoire, faculté de théologie protestante de Strasbourg

 

  • Mardi 23 avril de 18h00 à 20h00 : Soirée débat « Le pacte européen et ses enjeux » avec Fanny Petit, assistante parlementaire de Damien Carême et Dalia Frantz, responsable des questions européennes à la Cimade

Welcome

Le Bouclier wishes to be, above all, a lively Reformed parish. As heir to the first Reformed community founded by Jean Calvin, « Le Bouclier » (The Shield, named after the name of the street) is made up of 1,200 members and accompanied by two pastors.

« Le Bouclier » seeks to offer sharing and communion in an open-minded way so that parishioners and their friends may live through their spiritual questions together in the light of the Gospel. Today, all age groups are equally represented with, as a consequence, very active young people.

We offer a church service every Sunday which is sometimes followed by lunch. There are activities for all ranging from a group of young parents, a choir, « les doigts agiles » (nimble fingers), « les causeries du jeudi » (Thursday afternoon chats), evening meals, Bible studies, adult catechism and long walks which take place at different periods of the year.

Willkommen

Herzlich willkommen. Die evangelische reformierte Gemeinde « Le Bouclier » ist die Erbin der ersten Gemeinde, die in Strasbourg von Jean Calvin gegründet wurde.

Alle Altersgruppen haben ihren Platz und ein Schwerpunkt liegt auf der Jugendarbeit: vom Krabbelgottesdienst, über den Kindergottesdienst und Konfirmandenunterricht, bis zur Jugendarbeit, mehreren Freizeiten, und internationalen Workcamps. Andere Aktivitäten der Gemeinde sind der Chor, der Gospelchor, der Frauen-Handarbeitskreis, das Treffen der Senioren, die « Essen zu Hause mit je 8 Personen », die Wandergruppe, Bibelkreise, Erwachsenenkatechismus…

Die musikalischen Aktivitäten, herkommend von der reformierten Psalmtradition, und heute mit den Chören, der neuen « von JS Bach erträumten » Orgel, und vielen Konzerten, Kantatengottesdiensten, ist ein anderer Schwerpunkt der Kirchengemeinde.

Nach dem Sonntagsgottesdienst (um 10h30) findet einmal im Monat ein gemeinsames Essen statt.

Die Gemeinde besteht heute aus 1200 Gemeindemitgliedern mit zwei Pfarrstellen . »Le Bouclier » bietet den Gemeindemitgliedern und ihren Freunden einen Ort, an dem sie sich begegnen können und an dem sie ihre Fragen und Beschäftigungen hinsichtlicht ihres Glaubens teilen und leben können.