Être pasteur c’est vivre avec la vie et avec la mort, celles des autres, celles des siens. C’est dire la blessure de la mort et c’est « transmuer cette mort » en reconnaissance pour la vie partagée, en confiance pour le courage à venir et en espérance en Jésus-Christ.
Raphaël Picon écrivait : « Dans la tristesse peut-être infinie et inconsolable causée par la mort, il s’agit d’entendre une douleur, d’accompagner une souffrance, de signifier la perte. Il s’agit aussi d’apporter un réconfort à travers la conduite d’un culte apaisant et l’énoncé d’une parole chaleureuse, qui tous deux témoignent de la vie malgré tout et disent la grâce, c’est-à-dire le fait de se sentir à nouveau possible, de se croire à nouveau autorisé dans l’existence ».
Le culte de reconnaissance et d’espérance :

Je souhaitais partager cela avec vous ; peut-être parce que nous sommes dans le temps de Carême qui nous conduit au Vendredi Saint, peut-être parce que ces derniers temps je vis des décès qui remuent, peut-être aussi parce que je suis touché par le livre du rabbin Delphine Horvilleur : « Vivre avec nos morts ».

Avec mes cordiales salutations
Pasteur Pierre Magne de la Croix

Les rendez-vous de la semaine

Pour aller plus loin