Quand les cloches sonnent suite à un décès – semaine du 6 mars 2021

Être pasteur c’est vivre avec la vie et avec la mort, celles des autres, celles des siens. C’est dire la blessure de la mort et c’est « transmuer cette mort » en reconnaissance pour la vie partagée, en confiance pour le courage à venir et en espérance en Jésus-Christ.
Raphaël Picon écrivait : « Dans la tristesse peut-être infinie et inconsolable causée par la mort, il s’agit d’entendre une douleur, d’accompagner une souffrance, de signifier la perte. Il s’agit aussi d’apporter un réconfort à travers la conduite d’un culte apaisant et l’énoncé d’une parole chaleureuse, qui tous deux témoignent de la vie malgré tout et disent la grâce, c’est-à-dire le fait de se sentir à nouveau possible, de se croire à nouveau autorisé dans l’existence ».
Le culte de reconnaissance et d’espérance :

  • c’est une « communauté » qui permet de dire de la mort qu’elle nous est commune et qu’elle concerne chacun de manière ultime. Chacun peut partager la peine ressentie et la voir portée, et de dire combien cette mort nous concerne tous ;
  • peut aider à réaliser ce qui s’est passé, à s’arrêter devant la perte, de prendre le temps que soit exprimée la plainte. Cette prise en compte de la mort est d’autant plus forte dans un temple qui a pour symbole visible une croix : elle rappelle que Dieu ne s’est pas incarné dans un monde enchanté mais dans une histoire humaine, faite aussi de violence et de mort ;
  • c’est l’Église qui accueille et se fait l’interprète d’attentes exposées ou non exprimées ; il s’agit de rejoindre les gens endeuillés là où ils sont et de marcher avec eux en tant que porteur et témoin d’une Parole en Jésus-Christ sur la mort et sur la vie ;
  • si le culte est parole qui permet d’exprimer la mort, la référence à la Bible nous confronte à autre chose que la douleur, ouvre un horizon autre, un témoignage de la vie qui demeure malgré tout. Établir un lien entre la Bible et le défunt est une manière de dire que la vie de cette personne s’inscrit dans l’Évangile, qu’elle en est elle-même une page, que cette personne a existé et existe pour Dieu ;
  • et par le mot « grâce » est affirmé le fait que chacun peut se sentir touché par une parole qui procure du bien, redonne courage, permet d’avoir confiance en un nouveau commencement. Dire la résurrection vaut pour le défunt et pour les endeuillés, telle la promesse d’un réveil à venir. Même si la bonne nouvelle d’un recommencement, d’une résurrection n’est pas toujours audible le jour des obsèques, elle est dite ; la parole fera son chemin, restera dans les mémoires, et portera peut-être des fruits.

Je souhaitais partager cela avec vous ; peut-être parce que nous sommes dans le temps de Carême qui nous conduit au Vendredi Saint, peut-être parce que ces derniers temps je vis des décès qui remuent, peut-être aussi parce que je suis touché par le livre du rabbin Delphine Horvilleur : « Vivre avec nos morts ».

Avec mes cordiales salutations
Pasteur Pierre Magne de la Croix

Les rendez-vous de la semaine

  • samedi 6 mars : petite balade de paroisse
    Départ 09h30, place de l’Université, ou bien 10h15 au parking de la maison forestière de Welschbruch, au-dessus du Hohwald sur la départementale 426.
    Apporter : pique-nique, vêtements adaptés à la météo
  • dimanche 7 mars 10h30, culte avec célébration de la Cène « en présence » et sur www.envideo.lebouclier.fr
  • dimanche 7 mars, 15h00 : culte musical « en présence » ; avec Adrien Wiot, violoncelle ; Jonathan Funck, luth.
  • lundi 8 mars, 20h : l’association d’amitié judéo-chrétienne de Strasbourg et l’association œcuménique Charles Péguy vous invitent à une lecture croisée juive et chrétienne du livre biblique de Ruth par le rabbin Ariel Rebibo et le pasteur Fabian Clavairoly. Lien direct : https://zoom.us/j/81496396181 . Mot de passe : 210308
  • dimanche 14 mars, 19h00, partage biblique : « Lire l’épître aux Galates », ouvert à tous sur www.envideo.lebouclier.fr.

Pour aller plus loin

  • Les parenthèses de Carême pour cheminer ensemble vers Pâques : vous trouverez de la musique pour se poser, une impulsion pour méditer, des mots pour prier, un cantique pour chanter, une proposition pour s’impliquer : https://www.uepal.fr/3-mars/
  • La rabbin Delphine Horvilleur , autour de la sortie de son livre « Vivre avec nos morts. Petit traité de consolation  » 32 mn : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/delphine-horvilleur-philosopher-avec-la-mort

Partagez cet édito

Édito

Peut-être avez-vous remarqué cette semaine des enfants déguisés… Le carnaval ? Cela fait bien longtemps que vous ne le fêtez plus, si tant est que ce fut le cas un jour. Peut-être avez-vous aussi remarqué ces beignets gras et sucrés dans votre boulangerie préférée, mais vous avez comme moi passé votre tour, plus par égard pour votre ligne que par conviction religieuse.

C’est que Mercredi, dans le vacarme du monde et de nos vies agitées, nous sommes entrés dans ce temps du Carême qui ne nous dit à vrai dire plus grand-chose et dont seuls deux ou trois détails témoignent encore dans notre paysage.

« Alors Jésus fut emmené par l’Esprit au désert, pour être mis à l’épreuve par le diable. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim » peut-on lire dans l’Évangile de Matthieu au chapitre 4. Alors que la montée vers Pâques s’ouvre devant nous et qu’il nous revient de l’habiter librement pour lui donner du sens, le Christ nous apprend que l’être humain ne vit pas de pain seulement mais d’une parole de vie. A nous de la lire, et de l’entendre, de nous en nourrir au quotidien pour ne pas sombrer dans la tentation du nihilisme.

Le Christ nous redit également de manière ultime que l’être humain ne trouve pas le bonheur en s’adorant lui-même et en s’instaurant comme idole de ses propres actions de grâces, mais que c’est bien Dieu l’horizon de sa vie et de sa route.

En protestantisme, pour des raisons historiques et théologiques, ce chemin vers Pâques n’obéit à aucune obligation religieuse, aucune injonction morale, ni aucun interdit alimentaire, mais bien plutôt au désir sincère d’éprouver une faim que l’on sait pouvoir être rassasiée par la présence du Christ.

Puissiez-vous trouver pour vous-mêmes et en famille, dans les habitudes mais aussi dans la spontanéité, les gestes, les mots, les lectures et les prières qui feront de ce temps particulier un lieu pleinement habité.

Pasteur Fabian Clavairoly

 

A noter

  • Dimanche 18 à 10h30 : Culte
  • Samedi 24 au samedi 2 mars : Camp ski pour les 10-15 ans

 

Welcome

Le Bouclier wishes to be, above all, a lively Reformed parish. As heir to the first Reformed community founded by Jean Calvin, « Le Bouclier » (The Shield, named after the name of the street) is made up of 1,200 members and accompanied by two pastors.

« Le Bouclier » seeks to offer sharing and communion in an open-minded way so that parishioners and their friends may live through their spiritual questions together in the light of the Gospel. Today, all age groups are equally represented with, as a consequence, very active young people.

We offer a church service every Sunday which is sometimes followed by lunch. There are activities for all ranging from a group of young parents, a choir, « les doigts agiles » (nimble fingers), « les causeries du jeudi » (Thursday afternoon chats), evening meals, Bible studies, adult catechism and long walks which take place at different periods of the year.

Willkommen

Herzlich willkommen. Die evangelische reformierte Gemeinde « Le Bouclier » ist die Erbin der ersten Gemeinde, die in Strasbourg von Jean Calvin gegründet wurde.

Alle Altersgruppen haben ihren Platz und ein Schwerpunkt liegt auf der Jugendarbeit: vom Krabbelgottesdienst, über den Kindergottesdienst und Konfirmandenunterricht, bis zur Jugendarbeit, mehreren Freizeiten, und internationalen Workcamps. Andere Aktivitäten der Gemeinde sind der Chor, der Gospelchor, der Frauen-Handarbeitskreis, das Treffen der Senioren, die « Essen zu Hause mit je 8 Personen », die Wandergruppe, Bibelkreise, Erwachsenenkatechismus…

Die musikalischen Aktivitäten, herkommend von der reformierten Psalmtradition, und heute mit den Chören, der neuen « von JS Bach erträumten » Orgel, und vielen Konzerten, Kantatengottesdiensten, ist ein anderer Schwerpunkt der Kirchengemeinde.

Nach dem Sonntagsgottesdienst (um 10h30) findet einmal im Monat ein gemeinsames Essen statt.

Die Gemeinde besteht heute aus 1200 Gemeindemitgliedern mit zwei Pfarrstellen . »Le Bouclier » bietet den Gemeindemitgliedern und ihren Freunden einen Ort, an dem sie sich begegnen können und an dem sie ihre Fragen und Beschäftigungen hinsichtlicht ihres Glaubens teilen und leben können.